Non classé

Recyclage : AER en Guadeloupe sur FranceInfo TV

Un reportage de Marie-Lyne Plaisir, avec Nadine Fadel sur Guadeloupe La 1ere

On y retrouve les collaborateurs de Antilles Energie Recyclage (AER),
notamment Vincent Bruneau, directeur de l’exploitation du Lamentin.

La Guadeloupe recycle-t-elle ses smartphones ? Est-elle en bonne voie pour redonner une seconde vie aux téléphones portables ? Le fait est que ces objets sont vite devenus des indispensables, dans notre quotidien. Et on en change souvent, pour le modèle dernier cri et aussi parce qu’ils sont relativement fragiles. C’est ainsi qu’ils deviennent des déchets, parmi d’autres.


Lundi 18 mars, Journée mondiale du recyclage, nous avons fait le point sur les filières développées en Guadeloupe, soit pour le traitement et la valorisation des déchets localement, soit pour leur conditionnement pour l’export outre-Atlantique.

Zoomons désormais sur le sort réservé à un objet devenu indispensable au quotidien : le téléphone portable.

Lorsqu’il montre des signes de fatigue, on peut faire le choix de le réparer… si cela vaut le coup ! L’écran, la batterie le haut-parleur, ou encore la lentille photo peuvent être remplacés ; des micro-soudures sont également possibles. Mais au-delà d’un certain coût, les spécialistes estiment qu’il vaut mieux en acheter un neuf.
L’État, qui prône le recyclage, propose une remise de 25 euros aux clients qui optent pour une réparation auprès d’une enseigne reconnue.

Les téléphones portables qui arrivent en fin de vie s’ajoutent, quant à eux, à la longue liste des déchets que nous générons.
Dès lors, abandonnés dans des bornes de collecte ou en déchetterie, ils finissent leur parcours en Guadeloupe à La Jaula, dans la commune de Lamentin. Chaque année, plus de 2 tonnes de téléphones portables transitent par le Centre de traitement des déchets électriques et électroménagers, sur place. C’est là qu’ils sont triés et traités.

Il y a des éléments qui sont à broyer, qui vont être mis directement dans les bennes et qu’on emmènera au broyeur. Il y a d’autres éléments qu’on va trier (les câbles électriques, les ordinateurs portables, les téléphones portables…).

Vincent Bruneau, directeur d’exploitation d’Antilles Energie Recyclage

La carcasse part à l’export, pour être recyclée.
Les batteries partent aussi par bateau, mais elles sont préalablement ôtées des appareils, pour être stockées dans des fûts sécurisés, afin d’éviter les départs de feu dans les conteneurs.
C’est donc en France hexagonale que la valorisation des matériaux se fait.